Traité de « pédé » par un joueur, un arbitre NBA révèle… son homosexualité

BillKennedy

BASKET – L’arbitre Bill Kennedy assure avoir été la cible de propos homophobes de la part du joueur des Sacramento Kings, Rajon Rondo. En réaction, il a fait son coming-out.

« T’es un pédé, Billy. T’es qu’un putain de pédé. » Ce sont les propos qu’auraient tenus (il a démenti) Rajon Rondo à l’encontre de l’arbitre Bill Kennedy, le 3 décembre. En conséquence de quoi, ce dernier l’avait notifié dans un rapport et le joueur des Sacramento Kings avait écopé d’une suspension. Mais l’affaire ne s’est pas arrêtée là, bien au contraire. Car l’arbitre a profité de l’incident, au détour d’un entretien accorder à Yahoo Sports, pour révéler… son homosexualité.

« Je suis fier d’être un arbitre NBA et je suis fier d’être un homme gay. Je marche sur les traces d’autres personnes qui ont donné espoir à des jeunes hommes et des jeunes femmes dans le monde du sport, en leur adressant le message qu’il ne doivent pas avoir honte de qui ils sont », a ainsi lâché Bill Kennedy au célèbre intervieweur Adrian Wojnarowski.

Des propos retentissants : depuis le coming-out de Jason Collins en 2013, aucun acteur de la NBA n’avait suivi. Et Bill Kennedy en est un majeur, lui qui enchaîne sa 18ème année dans l’élite du basket nord-américain, ayant arbitré plus de 1000 matchs de saison régulière et 68 matchs de playoffs (c’est-à-dire des phases finales, les plus prestigieux).

Signe qui ne trompe pas, le tout-puissant Adam Silver, patron de la richissime ligue, lui a rendu un hommage appuyé dans la foulée de son annonce. « Je suis de tout coeur avec Bill dans son choix de vivre sa vie publiquement et avec fierté. Pendant ses 18 années au sein de la NBA, il a été excellent grâce à sa passion, son dévouement et son courage. Ces qualités vont continuer à faire de lui un bon arbitre et auront une influence positive. Notre ligue a fait des progrès, mais notre travail continue pour nous assurer que tout le monde soit traité avec respect et dignité. »

Une question reste toutefois en suspens : si Rajon Rondo a effectivement tenu ces propos, les a-t-il balancés en ayant conscience de l’orientation sexuelle de l’arbitre ? Rien n’est moins sûr. Souvenons-nous d’abord que ledit Rondo, qui se définissait en mars comme « un incompris », est réputé pour son impulsivité. Ensuite que Kobe Bryant et Joakim Noah avaient eux-mêmes été suspendus en 2011 pour avoir lâché des insultes du même ordre. Ce qui témoigne de leur caractère affreusement banal.

Source : metronews.fr