Ce dimanche, les Slovènes votent pour ou contre le mariage gay

Slovénie

Les électeurs slovènes votent ce dimanche, lors d’un référendum d’initiative populaire très indécis, pour dire s’ils acceptent ou rejettent la loi autorisant le mariage homosexuel adoptée il y a dix mois par leurs députés.

Les opposants au mariage gay, soutenus par l’opposition de droite et l’Eglise catholique, sont à l’origine de cette consultation dont ils avaient lancé la procédure dès l’adoption de la loi au parlement, en mars. Ils ont recueilli les 40.000 signatures requises dans ce pays de l’UE de deux millions d’habitants pour la tenue d’un référendum.

PapeRéférendum

Le pape François a demandé aux Slovènes de se prononcer contre le mariage gay.

« L’amour c’est l’amour, sans autre considération », a défendu Ida, une employée de 24 ans après avoir glissé son bulletin oui dans l’urne.

Chaque camp espère la mobilisation des Slovènes pour ce scrutin qu’un dernier sondage, vendredi, donnait favorable au non avec un score de 55,5% et une participation de 46%. Mais d’autres sondages pronostiquaient un résultat plus serré.

« Ce devrait être aux experts, au gouvernement de décider d’un tel sujet. Nous laisser décider, c’est jeter de l’argent par les fenêtres », regrette Vojko, un retraité favorable au mariage gay qui craint que la Slovénie « devienne la risée du monde » en cas de victoire du non.

La loi votée en mars a redéfini le mariage comme « l’union à vie de deux personnes indépendamment de leur sexe ». Elle a été adoptée à une large majorité par la gauche et le parti centriste du Premier ministre Miro Cerar, donnant aux couples gays et lesbiens les mêmes droits que les hétérosexuels, dont celui de l’adoption, indique l’AFP.

Le référendum a suspendu son application et aucun couple homosexuel ne s’est passé la bague au doigt.

Hors Slovénie, le mariage homosexuel est légalisé ou en passe de l’être dans 18 pays dont 13 en Europe. L’Irlande, en mai dernier, avait été le premier à autoriser le mariage gay par voie référendaire, les autres ayant opté pour la voie parlementaire.

Source : fr.sputniknews.com