« Marie-toi et sois soumise » : un livre dégradant pour la dignité de la femme

marie-toi

Le livre de Costanza Miriano a été publié en France au mois de novembre 2015.

L’auteure, Costanza Miriano, une catholique intégriste, milite contre toute forme de reconnaissance du couple homosexuel en Italie.

« Marie-toi et sois soumise », le livre de la journaliste italienne Costanza Miriano, a été traduit en français et publié, aux éditions « Le Centurion », au mois de novembre dernier. Il suscite un tollé général. A juste titre.

D’ailleurs, la vidéo mise en ligne sur YouTube par l’éditeur est assez éloquente… et consternante !

Déjà en 2013, j’évoquais cet ouvrage, dans les colonnes du Plus de L’Obs, lors de sa parution en Espagne, où il était édité par l’archevêché de Grenade. A l’époque, la ministre de la Santé espagnole Ana Mato, pourtant réputée pour être très conservatrice, avant demandé son retrait. Elle considérait qu’il était « irrespectueux envers les femmes ». Ce billet, à nouveau d’actualité, a refait surface et il est largement partagé sur Twitter et les réseaux sociaux, depuis quelques semaines.

Constanza Miriano, journaliste pour la RAI, entre autres, se présente comme une « femme mariée et mère de quatre enfants ». En réalité, c’est une catholique intégriste qui est proche de mouvements réactionnaires, comme la Manif pour tous italienne. Elle milite contre toute forme de reconnaissance du couple homosexuel et contre le vote d’une loi pénalisant l’homophobie en Italie, pays très influencé par l’Église catholique.

Elle considère que ses livres – qui ne sont que d’infâmes brûlots – servent à combattre la fameuse « théorie du genre », qui n’existe pourtant pas…

En France, une pétition adressée à Pascale Boistard, secrétaire d’État chargée des Droits des femmes, demande le retrait de la vente des livres de Costanza Miriano, dont « Marie-toi et sois soumise ». Elle a reccueilli près de 23 000 signatures et elle ne cesse de prendre de l’ampleur.

Ses initiateurs considèrent que l’auteure fait « l’apologie de la soumission de la femme » et que « ces écrits, totalement réactionnaires, contreviennent à gravement à l’égalité des droits et menacent toutes le femmes et les identités plurielles ».

J’ai lu le livre « Marie-toi et sois soumise » lors de sa parution en Italie, dans la langue de Dante. J’ai été totalement sidéré de lire autant d’inepties et d’imbécillités. L’auteure estime que la femme doit être totalement soumise à son époux car, selon elle, c’est la loi de Dieu : « Nous les femmes nous aimons l’humiliation parce que c’est dans l’intérêt de tous » ou encore « Quand votre mari vous dit quelque chose, vous devez l’écouter comme si c’était Dieu qui vous parlait ».

C’est le discours qui était tenu, il y a 2 000 ans, par l’apôtre Paul, le plus misogyne des disciples de Jésus-Christ : « Que vos femmes se taisent dans les assemblées, car elles n’ont pas mission de parler ; mais qu’elles soient soumises, comme le dit aussi la Loi. Si elles veulent s’instruire sur quelque point, qu’elles interrogent leurs maris à la maison ; car il est malséant à une femme de parler dans une assemblée ». Nous sommes pourtant aux XXIe siècle… Affligeant !

Les brûlots de Costanza Miriano sont dangereux. Ce n’est pas du second degré ou une forme d’humour assez particulier, contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent. Ils sont dégradants pour l’image de la femme. Ils bafouent sa dignité et son honneur.

De tels ouvrages n’ont pas du tout leur place en France. Ce sont des outils de propagande de catholiques intégristes, opposés à toute évolution de la société. Leur idéologie nauséabonde et malsaine est contraire aux valeurs de notre République, qui prône la liberté, l’égalité et la fraternité pour l’ensemble de ses citoyens. Sans aucune exception.

Giuseppe Di Bella