TUNISIE. La pièce de théâtre inspirée de « La Cage aux folles » remporte un vif succès

Mrajel

« Mrajel » se joue depuis plusieurs mois dans un pays où l’homosexualité est interdite et où les arrestations de gays ne cessent de s’intensifier.

L’adaptation tunisienne de « La Cage aux folles », la cultissime pièce de théâtre française des années 70, remporte un vif succès à Tunis, où elle est jouée depuis plusieurs mois.

Mise en scène par le Français Brice Tripard et interprétée par des acteurs tunisiens, la pièce s’intitule « Mrajel », une combinaison astucieuse des mots « Mra » (« femme ») et « rajel » (« Homme »).

Elle raconte les péripéties d’un couple d’homosexuels efféminés qui cherchent à cacher leur homosexualité pour se faire accepter par la future belle-famille de la fille de l’un deux. Elle se joue désormais dans un théâtre privé de la capitale tunisienne.

En Tunisie, l’homosexualité est lourdement réprimée par l’article 230 du Code pénal de 1913 qui prévoit jusqu’à trois années de prison ferme pour sodomie entre adultes consentants.

Beji-Caid-Essebsi

Béji Caïd Essebsi, président de la République tunisienne.

En octobre dernier, le ministre de la Justice, Mohammed Salah Ben Aïssa, avait appelé à l’abrogation de l’article 230 du Code pénal. Le président de la République tunisienne, Béji Caïd Essebsi, âgé de 89 ans, l’a rapidement contredit en assurant que « cela ne se produira pas ».

Depuis quelques mois, les arrestations et les condamnations d’homosexuels ne cessent de s’intensifier à un rythme particulièrement préoccupant.

Giuseppe Di Bella