TUNISIE. Un policier accusé de viol sur un homosexuel dans la banlieue de Tunis

homme-viol-homo

Ce lundi soir, un jeune homme a été victime d’une agression verbale, physique et sexuelle de la part d’un agent des forces de l’ordre en uniforme.

police_tunisie

Sur sa page Facebook, l’association tunisienne « Shams » indique qu’un jeune homosexuel a été malmené et agressé sexuellement, ce lundi soir, par un policier en service : « Le jeune homme a été contrôlé par un policier en uniforme dans sa voiture de fonction, qui, après les vérifications d’usage, l’a forcé à monter dans le véhicule, sans aucune justification, en l’y contraignant par la force et la violence. Il l’a ensuite agressé par une pénétration anale aux environs de Hammam-Lif (Banlieue sud de Tunis, NDLR), puis l’a abandonné sur la route et a continué son chemin, en le menaçant de vengeance s’il porte plainte ou ébruite l’affaire ».

L’association « Shams » précise : « Il semble que les forces de l’ordre tunisiennes estiment que les minorités sexuelles sont plus dangereuses que le terrorisme, et s’emploient à les terroriser plutôt que de les protéger en les considérant comme des citoyens tunisiens à part entière ».

En Tunisie, l’homosexualité est lourdement réprimée par l’article 230 du Code pénal de 1913 qui prévoit jusqu’à trois années de prison ferme pour sodomie entre adultes consentants.

Giuseppe Di Bella