La pédophilie chez les prêtres ? Pour « Famille Chrétienne » c’est à cause de l’homosexualité !

ActeursSpotlight

Les acteurs du film « Spotlight ».

Dans une critique du film « Spotlight », l’hebdomadaire catholique lie les affaires de pédophilie dans le clergé à l’homosexualité…

Le film « Spotlight » relate l’enquête – couronnée par le prestigieux prix Pulitzer – des journalistes du « Boston Globe » qui a dévoilé le scandale des prêtres pédophiles américains protégés par leur hiérarchie. Il est sorti en salles ce mercredi et cartonne au box-office. Un succès largement mérité !

afficheSpotlight.jpg

Affiche française du film « Spotlight ».

Il est nominé six fois pour la prochaine cérémonie des Oscars, qui se déroulera dans quelques semaines à Los Angeles : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur dans un second rôle, meilleure actrice dans un second rôle, meilleur scénario original et meilleur montage.

Cette nuit, les acteurs du film ont reçu le prix de la meilleure distribution lors de la cérémonie des Screen Actors Guild Awards, qui s’est tenue à Los Angeles.

« Spotlight » a reçu un accueil très favorable auprès des critiques cinématographiques. Le quotidien « Le Figaro », pourtant connu pour être conservateur, évoque « une enquête captivante, un grand film ».

Cependant, l’avis de l’hebdomadaire catholique « Famille Chrétienne » réellement la nausée…

FamilleChrétienne

La critique du film « Spotlight » publiée par l’hebdomadaire « Famille Chrétienne ».

Le journaliste en charge de sa rédaction – un certain Édouard Huber – n’hésite pas à lier les affaires de pédophilie au sein du clergé de l’Église catholique à l’homosexualité et à sa place dans notre société : « Il sera temps alors d’évaluer le scandale en se rappelant la place de l’homosexualité dans la pédophilie et la part relative de celle-ci dans les institutions autres que l’Église ». Une sortie homophobe affligeante !

En clair : la pédophilie c’est de la faute des homosexuels. Tout ça pour ne pas condamner la pédophilie chez certains prêtres mais aussi se taire et là, condamner l’homosexualité d’autres prêtres et, plus grave encore, stigmatiser l’ensemble des personnes homosexuelles !

Bertone

Le cardinal Tarcisio Bertone, numéro deux du Vatican sous le pontificat de Benoît XVI.

Un procédé odieux a déjà été utilisé en 2010 par le Cardinal Tarcisio Bertone, secrétaire d’État et numéro deux du Vatican sous le pontificat de Benoît XVI, qui avait déclaré sur les ondes d’une radio chilienne : « De nombreux psychiatres et psychologues ont démontré qu’il n’existe pas de relation entre le célibat et la pédophilie, mais beaucoup d’autres – et on me l’a dit récemment – ont démontré qu’il existait un lien entre l’homosexualité et la pédophilie. La vérité est celle-ci et le problème, c’est cela ».

Federicolombardi

Le père Federico Lombardi, porte-parole du Vatican.

Devant l’indignation générale provoquée par cette sortie nauséabonde et homophobe, le Vatican avait pris ses distances avec les propos du bras droit de Benoît XVI. Son porte-parole, le très influent père Federico Lombardi, avait déclaré : « Les autorités ecclésiastiques ne jugent pas de leur compétence de faire des affirmations générales de caractère spécifiquement psychologique ou médical, lesquelles relèvent naturellement des études des spécialistes et des recherches en cours sur le sujet ».

Sur Twitter, plusieurs internautes ont fait part de leur colère à l’hebdomadaire « Famille Chrétienne » qui, pour l’instant, n’a toujours pas daigné leur répondre.

L’association « SOS homophobie » a également été interpellée. Elle se borne à inviter les internautes à se rendre sur son site web pour « témoigner »…

Pendant les débats houleux sur le mariage pour tous, l’amalgame entre l’homosexualité et la pédophile avait fait florès chez les détracteurs de l’égalité des droits pour les couples de même sexe, y compris dans l’Hémicycle.

Pour que les choses soient claires, une bonne fois pour toutes, il est nécessaire de rappeler que la pédophile n’est pas liée à l’homosexualité. Dans une étude qui a duré cinq ans et publiée en 2011 à la demande de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis, les chercheurs tirent la conclusion suivante : « Ni l’homosexualité, comme le suggéraient certains conservateurs, ni le célibat, comme le dénonçaient certains libéraux, ne peuvent être considérés comme la cause principale des agressions sexuelles sur mineurs ».

homophobie

L’homophobie, qui est un délit, n’a pas sa place en France et toutes les mesures nécessaires doivent être prises pour qu’elle soit éradiquée et que les auteurs de dérapages de ce genre soient poursuivis en justice. Assez de laxisme, assez de discours, place à l’action désormais !

Dans le cas contraire, ne soyons pas étonnés si l’homophobie se banalise encore un peu plus en France, patrie des Lumières et des droits de l’homme…

Giuseppe Di Bella