« L’homosexualité est une abomination » : le procès en appel de Christine Boutin fixé au 6 avril

ChristineBoutinMPT

Christine Boutin.

En décembre dernier, l’ex-ministre du Logement avait été condamnée en première instance à 5 000 euros d’amende pour ses propos homophobes.

Le 23 octobre dernier, Christine Boutin, fondatrice et présidente d’honneur du Parti chrétien-démocrate (PCD), comparaissait devant la 17e chambre du tribunal de grande instance de Paris pour « provocation à la haine ou à la violence à l’égard d’un groupe de personnes à raison de leur orientation sexuelle ». La circonstance aggravante de l’homophobie n’avait pas été retenue par le parquet. Elle risquait jusqu’à un an de prison ferme et 45 000 euros d’amende.

Lors d’une interview-fleuve accordée au magazine politique « Charles », en 2014, la conseillère départementale du canton de Rambouillet déclarait, mettant sa foi chrétienne en avant : « Je n’ai jamais condamné un homosexuel. L’homosexualité est une abomination. Mais pas la personne. Le péché n’est jamais acceptable, mais le pécheur est toujours pardonné […] J’ai des amis homosexuels […] Ils sont pécheurs comme je le suis, on est tous pécheurs. Je suis dans le péché, moi aussi, je suis une pécheresse, mais vous ne me verrez jamais faire l’apologie d’un péché ». 

BoutinHomophobie

Le vendredi 18 décembre 2015, le verdict était rendu : la pasonaria de la lutte contre le Pacs et le mariage pour tous avait été condamnée à 5 000 euros d’amende. Elle devait également verser 2 000 euros à deux associations qui s’étaient constituées parties civiles. Elle avait fait immédiatement appel du jugement.

La date de l’audience du procès en appel vient d’être fixée.

Christine Boutin, qui vient d’avoir 72 ans, devra comparaître devant la cour d’appel de Paris le 6 avril prochain à 13h30.

La peine prononcée en première instance peut être maintenue ou annulée. Elle peut également être augmentée ou diminuée.

[Mise à jour du 6 avril 2016]

Le procès en appel de Christine Boutin n’était pas finalement prévu ce mercredi 6 avril, contrairement à ce qu’avait annoncé le président de l’association « Le Refuge » sur sa page Facebook publique. L’erreur est humaine.

noguier

La date du procès a été fixée au 7 septembre prochain.

Giuseppe Di Bella