NIGERIA. La police interrompt la célébration d’un mariage entre deux hommes

nigeriaMariage

Umar Tahir et Abdul Lawal.

Au Nigeria, l’homosexualité est passible de 14 ans de prison. Dans les régions qui ont adopté la charia, c’est la peine de mort.

Le mariage d’Abdul Lawal et d’Umar Tahir, deux hommes de confession musulmane, devait se dérouler le 6 février dernier au « King’s Land Hotel » à Abuja, la capitale du Nigeria.

Alors que les invités étaient déjà présents et que la cérémonie allait se dérouler, la police nigériane a fait irruption et a immédiatement interpellé les futurs mariés pour les placer en garde à vue.

Selon certains témoignages, la police aurait également procédé à l’arrestation de plusieurs autres personnes : les sponsors et du mariage et le propriétaire de l’hôtel, entre autres.

Les forces de l’ordre auraient été prévenues par un informateur anonyme.

Les arrestations ont été confirmées par un porte-parole de la police locale : « Nous allons présenter les suspects devant la haute cour dès que l’enquête sera terminée ». Il a également assuré que « la police continuera à procéder à des arrestations pour livrer les complices de ces actes illégaux ».

L’ancien président de la République Goodwill Jonathan a promulgué une loi interdisant le mariage entre personnes homosexuelles au Nigeria, le 7 janvier 2014. Elle punit de 14 ans de prison le mariage et la cohabitation entre personnes de même sexe. L’homosexualité est punie de la même peine.

Elle prévoit une peine de 10 ans de prison pour toute personne participant à une organisation ou manifestation homosexuelle ainsi que pour toute manifestation publique d’affection entre personnes de même sexe.

Dans les douze États du nord du pays qui ont adopté la charia (la loi islamique), l’homosexualité peut être punie de la peine de mort par lapidation.

Giuseppe Di Bella