Mikl Mayer : sa 7ème BD « Mes papas & moi » rencontre le succès

MiklMayer.PNG

Mikl Mayer.

Le jeune dessinateur toulousain de 28 ans découvre le succès, les allers-retours et les séances de dédicace.

« Le plus dur reste de s’inscrire dans la durée », Mikl Mayer, jeune dessinateur toulousain reste modeste et lucide après la parution convaincante de sa bande dessinée « Mes papas & moi ».

Dans cet album engagé, l’illustrateur et scénariste relate le quotidien d’un jeune garçon qui vit entouré de ses deux pères. Un ouvrage qui mélange à merveille humour et tolérance.

« Mes papas & moi » est distribué par la maison d’édition « Des ailes sur un tracteur » depuis le 12 décembre dernier. Il s’agit de la première BD française à aborder le thème de l’homoparentalité.

Les premiers retours semblent excellents, bien que de nombreux lecteurs avaient déjà connaissance des personnages, via la série du même nom que Mikl Mayer diffuse sur Facebook depuis plus d’un an.

De nombreux fans suivaient l’illustrateur depuis un sacré bout de ton temps et l’ont prouvé lorsqu’il a fallu financer le projet. La campagne de crownfunding initiale pour permettre d’éditer « Mes papas & moi » se fixait l’objectif d’atteindre 2 000 euros. 48 heures ont suffi pour réunir cette somme et au total ce sont environ 6 000 euros qui ont été collectés grâce à prés de 200 dons. « C’est la première fois que quelqu’un explose 3 fois la somme nécessaire au financement participatif m’a-t-on expliqué », s’amuse Mikl Mayer.

Ce dernier a d’ailleurs reçu le soutien de Amanda Lear et Arielle Dombasle, qu’il a rencontré.

MiklMayer2

Mikl Mayer.

Dans le même temps, l’illustrateur découvre le succès, les allers-retours et les séances de dédicace. « Il y a de l’attente qui se crée autour de moi alors qu’il n’y a pas si longtemps j’allais à Paris pour faire une affiche seulement et en tout anonymat », confie le dessinateur.

Autodidacte, Mikl Mayer ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, il attend en ce moment de pouvoir éditer un album qui retrace le parcours de Manu Dibango, le célèbre jazzman camerounais. Une affaire à suivre.

Source : ladepeche.fr