CANADA. Victime d’homophobie, il reçoit une carte de soutien du Premier ministre Justin Trudeau

Justin Trudeau canadian PM

Justin Trudeau, Premier ministre du Canada.

Un mois après avoir reçu un « cadeau » de Saint-Valentin homophobe au travail, un jeune homme en a reçu un plus chaleureux du Premier ministre.

Le mois dernier, la mésaventure de Degas Sikorski, un jeune homme gay âgé de 20 ans, avait été largement relayée par les médias canadiens, après que sa mère, Shelley Bramhoff Sikorski, ait publié sur Facebook la photo du « cadeau » qu’il avait reçu sur son lieu de travail pour la Saint-Valentin. Celui-ci comportait une injure homophobe blessante.

CadeauHomophobe

Le « cadeau » homophobe reçu par Degas sur son lieu de travail.

Degas Sikorski, qui réside à Edmonton (province de l’Alberta), a depuis quitté son emploi. Il ne s’estime plus en sécurité au sein de l’entreprise dans laquelle il travaillait.

DegasEtSaMère.PNG

Degas Sikorski en compagnie de sa mère, Shelley Bramhoff Sikorski.

Très touché par ce que le jeune homme avait subi, le député d’Edmonton-Centre, Randy Boissonnault, en a parlé à ses collègues à Ottawa, la capitale fédérale du Canada. De nombreux parlementaires lui ont alors fait part de leur souhait de lui apporter leur soutien.

L’histoire est arrivée aux oreilles du Premier ministre canadien Justin Trudeau qui a dit : « C’est injuste, il faut écrire un message à ce jeune homme ».

Il y a quelques jours, Degas Sikorski a reçu une carte qui contient de nombreux messages de soutien de parlementaires fédéraux et de ministres, ainsi qu’une photo personnalisée de Justin Trudeau en compagnie de Randy Boissonnault, le député d’Edmonton-Centre.

« Cher Degas, sachez que vos amis surpassent le nombre de ceux qui vous haïssent par millions, et je suis l’un de ces amis », écrit le premier ministre Justin Trudeau.

« Vous êtes fantastique ! Nous vous appuyons tous ! », écrit pour sa part la ministre du Commerce international, Chrystia Freeland.

Le jeune homme, très touché par cette délicate attention, a publié les photos de ces chaleureux messages de soutien sur sa page Facebook.

Il a déclaré aux médias : « Quand on vit à Edmonton, si loin d’Ottawa, on ne peut pas imaginer que le Premier ministre se préoccupe de nous. C’est merveilleux de savoir qu’il est de mon côté ».

Giuseppe Di Bella