Mariage gay : Marion Maréchal-Le Pen dérape

968afeee387184a840e24d9e6ba99

Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse.

En déplacement en Italie, la députée frontiste du Vaucluse a déclaré craindre que la reconnaissance du mariage homosexuel n’ouvre la voie à des dérives, « notamment la polygamie ».

C’est un véritable pavé dans la mare qu’a jeté Marion Maréchal-Le Pen lors de sa tournée de deux jours à Milan. Venue en Italie remercier son allié de la Ligue du Nord pour son soutien pendant les régionales en Paca, Marion Maréchal-Le Pen a mis un bémol au refrain de la « France apaisée » entonné par le FN depuis le début de l’année. Lors d’une conférence de presse, la députée du Vaucluse a affirmé craindre que la reconnaissance du mariage homosexuel n’ouvre la voie à la polygamie.

Cela risque « d’ouvrir la voie à des dérives »

Selon elle, le mariage entre personnes du même sexe risque « d’ouvrir la voie (…) à de très nombreuses dérives. D’autres minorités chercheront à faire reconnaître leur forme d’amour, je pense notamment à la polygamie ». La députée listait les points communs entre le FN et son allié italien anti-immigrés et anti-européen qui l’avait soutenue par une lettre du président « leguiste » de la région Lombardie, Roberto Maroni, lors de sa candidature de décembre en Paca. Elle a également déclaré que le mariage ne devait pas être « une reconnaissance sociale de l’amour ».

Au lendemain d’une réunion publique à Rome, elle a listé les convergences sur la souveraineté, l’UE, l’hostilité à Schengen, à l’euro ou encore la crainte des « conflits » liés à « l’arrivée massive d’une population qui viendrait presque en remplacer une autre sur une partie du territoire ». Sa déclaration, rapprochant le mariage homosexuel de la polygamie, intervient alors que l’Italie, dernier grand pays d’Europe occidentale à ne reconnaître aucun statut aux couples de même sexe, vit un débat agité autour d’une loi a minima, la loi dite Cirinnà, sur les unions civiles.

AFP