Jean-Marie Le Pen lie pédophilie et homosexualité dans une vidéo

JMLP

Jean-Marie Le Pen, fondateur du Front national.

Selon le président d’honneur exclu du Front national, « la pédophilie a trouvé ses lettres de noblesse » dans « l’exaltation de l’homosexualité ».

« L’abaissement des règles morales est une constante d’une société décadente, et je crois que la pédophilie, qui a trouvé ses lettres de noblesse… interdites, mais tout de même, dans l’exaltation de l’homosexualité, met en cause toutes les professions qui approchent l’enfance et la jeunesse », affirme le président d’honneur exclu cet été du Front national alors qu’il était interrogé dans son journal de bord vidéo hebdomadaire sur le « matraquage médiatico-politique » visant le cardinal Barbarin. « Il est certes extrêmement condamnable que ce soient des prêtres qui se sont laissés aller à de tels errements, mais ils sont des hommes aussi, des êtres humains capables de toutes les fautes », a poursuivi Jean-Marie Le Pen. Et de souligner les précisions récentes de la ministre Najat Vallaud-Belkacem sur les 27 radiations de l’Éducation nationale en 2015, liées à des cas de pédophilie ou de pédopornographie.

Concernant les membres du clergé, « s’ils ont été protégés, fût-ce par le silence des autorités, ceci est blâmable ». « Mais je ne suis pas sûr qu’on ne fasse pas à monseigneur Barbarin un procès d’Allemand, et que l’affaire soit médiatisée de façon à ce qu’elle pût toucher l’ensemble des catholiques et des chrétiens comme s’ils étaient complices de ces agissements », a poursuivi le père de Marine Le Pen.

La présidente du FN a déjà pris ses distances avec sa nièce Marion Maréchal-Le Pen qui a dit mercredi à Milan craindre que la reconnaissance du mariage homosexuel ouvre la voie à celle de la polygamie. Pour Marine Le Pen, « on est très, très loin » en France « de la reconnaissance » de celle-ci.

« La préoccupation des chômeurs, des pauvres, des agriculteurs à l’agonie, ce n’est pas le mariage homo, c’est de pouvoir vivre décemment », a tweeté jeudi un conseiller de Marine Le Pen, Éric Domard, visant la députée du Vaucluse.

Source : lepoint.fr