MAROC. Une manifestation pour soutenir les agresseurs homophobes de Beni Mellal (VIDÉO)

ManifBeniMellal.PNG

La manifestation homophobe à Beni Mellal.

Les agresseurs d’un couple gay seront jugés le 4 avril prochain. De nombreux habitants de Beni Mellal les soutiennent. Quel triste spectacle !

Rien ne va plus au Maroc. L’homophobie, encouragée par les pouvoirs publics et la législation en vigueur, gagne de plus en plus de terrain. Au mépris le plus total des droits humains les plus fondamentaux.

Les agresseurs qui ont battu sauvagement un couple gay à Beni Mellal – une ville située dans le centre du Maroc – seront quand même jugés, a-t-on appris récemment. La nouvelle a suscité la colère de nombreux habitants de la commune, une des plus importantes du pays.

Ce mercredi soir, les parents et les amis des agresseurs homophobes qui devront répondre de leurs actes devant la justice ont organisé une manifestation pour les soutenir. Ils ont été rejoints par une foule importante.

Tous les participants ont exprimé leur hostilité au couple gay qui a été battu. Ils ont également proféré de nombreuses insultes à caractère homophobe contre la communauté LGBT en général. Quel triste spectacle !

Les médias marocains qui ont fait écho de la manifestation n’ont formulé aucune critique contre ce véritable déferlement d’homophobie. Ce qui est loin d’être étonnant, hélas !

Le Maroc, pays majoritairement musulman, dispose d’une législation homophobe qui, selon l’article 489 du Code pénal, punit l’homosexualité d’une peine de prison ferme de 6 mois à 3 ans, assortie du paiement d’une amende.

marocCodePénal

Depuis quelques mois, les affaires judiciaires où des homosexuels sont condamnés et jetés en prison se multiplient au Maroc. Il y a clairement une montée en puissance de l’homophobie. La religion est souvent mise en avant.

Le Maroc est une destination touristique fort prisée par les Français. Il convient désormais de mettre en garde les personnes LGBT qui souhaitent y passer leurs vacances. C’est un pays à éviter et, plus important encore, à boycotter en raison des nombreuses discriminations dont sont victimes les homosexuels.

Giuseppe Di Bella