Refusé par le Vatican pour son homosexualité, Laurent Stefanini est nommé à l’UNESCO

Stefanini

Laurent Stefanini.

Le diplomate, nommé ambassadeur de France près le Saint-Siège en 2015, a finalement été nommé à l’UNESCO. Le gouvernement a encore cédé !

Fin du bras de fer entre la France et le Vatican. Laurent Stefanini, chef du protocole de la République depuis 2010, avait été nommé ambassadeur de France près le Saint-Siège lors du Conseil des ministres du 5 janvier 2015. Il ne rejoindra jamais la Villa Bonaparte, résidence de l’ambassadeur de France près le Saint-Siège…

Le diplomate a été nommé, la semaine dernière en Conseil des ministres, ambassadeur de France auprès de l’UNESCO, qui a son siège à Paris. Le gouvernement français vient encore une fois de céder… Une fois de trop !

Le Vatican – le plus petit pays du monde qui est également la dernière monarchie absolue d’Europe – avait tardé à valider sa nomination. La raison ? L’homosexualité de Laurent Stefanini, qui est pourtant un catholique pratiquant.

Le diplomate, âgé de 56 ans, connaît pourtant bien le Vatican. Il a été ministre conseiller à l’ambassade de France près le Saint-Siège entre 2001 et 2005.

Certains membres éminents de la Curie romaine estimaient qu’il s’agissait d’une provocation de la part de la France. L’Église catholique est mal à l’aise sur la question de l’homosexualité, malgré les signes timides d’ouverture et d’apaisement du pape François sur ce sujet brûlant.

L’archevêque de Paris, le cardinal André Vingt-Trois, ancien président de la Conférence des évêques de France, avait pourtant envoyé une lettre au pape François pour soutenir le choix de l’Élysée.

Certains catholiques – les moins progressistes – étaient également opposés à cette nomination. C’est le cas de Ludovine de La Rochère, présidente de la Manif pour tous – mouvement opposé à l’égalité des droits pour les couples homosexuels – qui était intervenue personnellement auprès du nonce apostolique à Paris pour lui faire part de sa vive réticence.

Lors d’une audience privée, Le pape François avait expliqué au diplomate, au printemps dernier« n’avoir rien contre lui mais qu’en revanche il n’avait apprécié ni le mariage pour tous, ni les méthodes de l’Élysée qui a tenté de lui forcer la main ».

En 2016, il est inconcevable d’accepter une seule seconde qu’un homme puisse être écarté d’un poste de cette importance en raison de son orientation sexuelle et affective.

En cédant face au Vatican et à l’obscurantisme religieux, le gouvernement français a commis une grave faute. Dans cette triste affaire, c’est l’homophobie qui a triomphé. Quelle honte !

C’est un bien triste message que la France, patrie des Lumières et des droits de l’homme, envoie à l’ensemble des personnes LGBT…

Giuseppe Di Bella