ÉTATS-UNIS. Une serveuse lesbienne invitée à lire un verset de la Bible en guise de pourboire

AlexandraJudd.jpg

Alexandra Judd.

Au lieu de recevoir de l’argent, la jeune femme a été invitée à lire un verset du Lévitique par des clients homophobes.

Alexandra Judd est une jeune lesbienne qui vit et travaille comme serveuse en Caroline du Nord, un État américain qui vient de se doter d’une législation homophobe et discriminatoire.

Reçu

Le reçu des clients homophobes.

Récemment, la jeune femme a été très choquée en se rendant compte qu’au lieu de percevoir le pourboire habituel de 15 %, des clients homophobes ont mentionné les références d’un verset de la Bible sur leur reçu. Et plus précisément celui du Lévitique (20:13) qui condamne l’homosexualité : « Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable ; ils seront punis de mort : leur sang retombera sur eux ».

Des clients homophobes particulièrement incultes qui semblent ignorer que la Bible ne condamne pas l’homosexualité féminine. En effet, le Lévitique condamne uniquement l’homosexualité masculine.

RuthEtNoémie

Ruth et Noémie.

D’ailleurs, il y a même un passage de l’Ancien Testament qui contient une très belle déclaration d’amour entre deux femmes. Il s’agit d’un passage du Livre de Ruth. À la mort de son époux, Ruth devait, en principe, retourner dans sa région natale afin d’y être prise en charge par des parents. Or, elle est si attachée à Noémie, sa belle-mère, qu’elle en éprouve des sentiments amoureux. Et tandis que cette dernière s’apprête à lui faire ses adieux, Ruth s’exclame : « Ne me pousse pas à te laisser, à repartir loin de toi ! Où tu iras j’irai, où tu habiteras j’habiterai ; ton peuple sera mon peuple et ton Dieu sera mon Dieu ; où tu mourras je mourrai et j’y serai enterrée. Que l’Éternel me traite avec la plus grande sévérité si autre chose que la mort me sépare de toi ! » (Ruth 1:16-17).

Les homophobes se réfèrent souvent au Lévitique pour condamner l’homosexualité en général. Mais ils oublient trop facilement qu’en lisant les enseignements du Christ, dans le Nouveau Testament, on se rend compte que la seule chose qui compte est l’amour.  Et ce, peu importe la forme que peut prendre cet amour, car « celui qui aime autrui a de ce fait accompli la loi » (Romains 13:10).

On retrouve d’ailleurs la même idée chez Saint Jean : « Bien-aimés, aimons nous les uns les autres ; car l’amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu » (1 Jean 4:10). Il est important de souligner que l’apôtre ne dit pas « Si un homme aime une femme » ou « Si une femme aime un homme » ; il déclare « Quiconque aime », sans référence à un type d’amour ou à une orientation sexuelle bien définie.

Le Christ lui-même n’a jamais condamné l’homosexualité masculine ou féminine. Ce que les homophobes qui se servent de la Bible pour répandre leur haine se gardent bien de préciser. Les valeurs chrétiennes n’entrent pas du tout en contradiction avec l’homosexualité, même si ce n’est pas toujours l’opinion des Églises conservatrices.

GDB