OUGANDA. La présidente du Parlement souhaite à nouveau la peine de mort pour les homosexuels

RebeccaKadaga

Rebecca Kadaga reçue au Vatican par l’ex-pape Benoît XVI, en décembre 2012.

Rebecca Kadaga avait été reçue et bénie par l’ex-pape Benoît XVI en 2012, alors qu’elle souhaitait la peine de mort pour les homosexuels.

En décembre 2012, la très homophobe présidente du Parlement ougandais, Rebecca Kagada, qui voulait faire voter la loi « Kill the gays » (« Tuer les gays ») pouvant entraîner jusqu’à la peine de mort pour les homosexuels, avait été reçue et bénie par l’ex-pape Benoît XVI lors d’une audience générale au Vatican.

Bénédiction

Rebecca Kadaga bénie par l’ex-pape Benoît XVI.

Rebecca Kadaga avait déclaré, quelques semaines avant sa rencontre avec le souverain pontife de l’époque, que ce projet de loi, qui provoquait un tollé au sein de la communauté internationale, était un « cadeau de Noël » pour le peuple ougandais.

Une loi adoptée à une écrasante majorité, le 20 décembre 2013, par le Parlement, prévoit des peines d’emprisonnement pouvant aller de 14 ans à la perpétuité pour les personnes reconnues coupables d’homosexualité.

Elle a été promulguée par le président de la République ougandaise Yoweri Museveni en février 2014. La peine de mort avait été écartée grâce à la pression de la communauté internationale.

Museveni

Le président Yoweri Museveni reçu par le pape François au Vatican, en octobre 2014.

Rebecca Kadaga revient désormais à la charge et n’en démord toujours pas : elle veut que la peine de mort soit appliquée pour les personnes homosexuelles. Elle envisage de présenter un nouveau projet de loi dans ce sens.

GBD