VIDÉO. Quand Amnesty International essaye de vendre une tortue gay pour dénoncer l’homophobie

gayTurtle.jpg

En Turquie, l’homophobie est un fléau. Pour l’illustrer, la branche locale de l’ONG a essayé de vendre une tortue gay aux clients d’une animalerie.

La branche turque de l’ONG Amnesty International a créé le projet #GayTurtle pour dénoncer l’homophobie et les violences dont sont victimes les homosexuels en Turquie.

Des caméras cachées ont été disposées à l’intérieur d’une animalerie pour filmer les réactions absurdes de clients qui souhaitent acheter une tortue. Leur attitude change radicalement lorsque le vendeur leur confie que l’animal convoité est homosexuel.

Bien que le sujet soit traité avec humour, les réactions des clients – « Donnez-moi plutôt un animal normal », « Est-ce que c’est contagieux ? » – rappellent brusquement la terrible réalité de l’homophobie dans ce pays.

Pourtant, la Turquie est l’un des rares pays majoritairement musulmans où l’homosexualité n’est pas illégale. Elle reste, malgré tout, un sujet particulièrement tabou au sein de la société civile. Les personnes LGBT font souvent face à de graves discriminations et violences liées à leur orientation sexuelle ou à leur identité de genre.

Le service militaire est obligatoire et s’applique à tous les citoyens de sexe masculin. Les homosexuels et les bisexuels n’ont pas le droit de l’effectuer. Des tests humiliants sont souvent effectués pour « prouver » leur orientation sexuelle.

GDB