JORDANIE. Un groupe de rock libanais censuré pour « apologie de l’homosexualité »

rockLibanais.jpg

Le groupe de rock libanais Mashrou’Leila.

Le groupe de rock Mashrou’Leila s’est vu refuser le droit de se produire à Amman, la capitale jordanienne.

Un représentant politique à Amman a fait interdire le concert d’un groupe de rock libanais accusé de faire l’apologie de l’« homosexualité et du satanisme ». Mais aussi d’inciter à la révolte contre les systèmes politiques en place dans la région, comme l’indique un député.

« Le gouverneur d’Amman m’a confirmé l’annulation du concert » du groupe Mashrou’Leila (le projet de Leila, en français), prévu cette semaine, a indiqué mercredi 27 avril sur Facebook le député Bassam al-Battouch en soulignant avoir lui-même demandé son interdiction.

Mashrou’Leila a confirmé cette interdiction en précisant qu’il voulait lancer son nouvel album, Ibn al-Leil (Fils de la nuit), à Amman.

Le chanteur du groupe, Hamed Sinno, ne cache pas son homosexualité, considérée comme un crime passible de prison – parfois même de la peine de mort – dans la majorité des pays musulmans. Il avait fait la une du magazine gay Têtu – qui a cessé d’être publié, il y a quelques années – en 2013.

hamed-sinno.jpg

Hamed Sinno, chanteur du groupe Mashrou’Leila, est ouvertement gay.

sinnoTêtu

Hamed Sinno a fait la une du magazine gay Têtu en 2013.

Appel à la rébellion

Sur sa page Facebook, le groupe a indiqué avoir reçu une notification d’interdiction du ministère du Tourisme indiquant que le concert était « en contradiction avec le caractère historique du site » antique romain où Mashrou’Leila devait se produire.

Mais « officieusement nous avons été informés que nous n’aurons plus jamais le droit de nous produire en Jordanie à cause de nos croyances politiques et religieuses et de notre défense de l’égalité des sexes et de la liberté sexuelle », a ajouté le groupe en soulignant avoir organisé trois concerts par le passé sur ce même site.

Pour le député jordanien conservateur, « le groupe libanais controversé fait l’apologie d’idées étrangères à notre société et culture arabo-musulmane ». Il évoque dans ses chansons « sexe et homosexualité, appelle à la rébellion contre les gouvernements et les sociétés, et fait l’apologie du satanisme ».

L’homosexualité est légale en Jordanie. En 1951, une révision du Code pénal jordanien a légalisé la sodomie tant qu’elle est privée, entre adultes consentants. L’âge du consentement est fixé à 16 ans.

La loi ne permet plus aux membres de la famille de battre ou de tuer un membre de leur propre famille dont ils considèrent la sexualité « illicite », c’est-à-dire une sexualité interprétée comme un déshonneur pour toute la famille.

Source : lefigaro.fr