ITALIE. Les opposants à l’union civile pour les couples gays veulent un référendum abrogatif

italia

La loi qui a été définitivement votée ce mercredi fait l’objet d’une contre-offensive acharnée de la part d’élus de partis de droite et du centre.

L’Italie était le dernier grand pays d’Europe occidentale à n’accorder aucun statut aux couples homosexuels. Ce mercredi, les députés italiens ont voté définitivement la loi sur les unions civiles pour les couples homosexuels avec 369 voix contre 193. Le président du Conseil Matteo Renzi a eu recours au vote de confiance pour ne pas laisser s’éterniser de débat.

« Nous n’avons pas pu nous exprimer au Parlement, même pas voter un seul amendement. Il est temps que la parole revienne à la rue et au peuple », a déclaré à la presse Eugenia Roccella, députée du parti de centre-droit Idea, qui est défavorable à la loi.

La colère des élus porte aussi bien sur le contenu du texte que sur le choix du gouvernement de centre-gauche de Matteo Renzi d’engager sa responsabilité, devant le Sénat comme devant les députés.

Ils réclament un référendum abrogatif, qui n’est pas suspensif, et dont la procédure est plutôt compliquée : il faut réunir cinq conseils régionaux ou 500.000 signatures, puis obtenir l’aval de la cour de Cassation et de la cour Constitutionnelle et enfin s’assurer d’un quorum de plus de 50% de participation le jour du vote. Une initiative qui a peu de chance d’aboutir…