SUÈDE. Des policiers en tutus roses sur Facebook suscitent l’indignation et la colère

d34hwwv

Des policiers de la ville de Huddinge en tutus roses.

Des policiers de la ville de Huddinge ont posté des photos qui provoquent la colère et l’indignation de nombreux internautes.

La police de Huddinge, une ville de plus de 100 000 habitants située dans le comté de Stockholm, est au centre d’une véritable polémique depuis que des agents ont publié des photos où ils posaient en tutus roses, des bouteilles de bière à la main.

Les clichés ont été pris lors d’une fête qui s’est déroulée au commissariat et postées sur la page Facebook officielle de la police de Huddinge. Ils ont suscité la colère et l’indignation de nombreux internautes.

L’agent de police Reine Berglund, responsable de la publication des photos, voulait « montrer que les policiers sont des gens comme les autres ». Une explication qui est loin de convaincre les internautes mécontents. Bien au contraire…

 

 

« C’est normal que les enfants des banlieues croient que les policiers suédois sont des mauviettes. Comment une photo pareille peut-elle apparaître sur un site officiel de la police ? La police doit maintenir son autorité et inspirer le respect. Faire des choses dans sa vie privée est une chose, mais quand on les publie, cela émet des signaux négatifs. Où est le sens commun ? Il semble avoir disparu complètement et avoir été remplacé par l’égalité des sexes, le féminisme et les LGBT. Croyez-moi, cela ne va pas marcher ! », peut-on lire sur un des commentaires les plus likés de la page Facebook de la police de Huddinge.

« Alors, vous conduisez ivres? Arrêtez de déshonorer la Suède ! Et cela vous semble surprenant que les autres pays se demandent ce qui ne va pas en Suède ? « , « Très joli ! Si vous portez ces tenues en faisant des interpellations, vous ne devrez pas vous enfuir pour que les criminels hurlent de rire », peut-on encore lire sur d’autres commentaires.

Les policiers suédois se plaignent régulièrement du manque de personnel et de ressources financières. Ils sont jugés trop laxistes sur la gestion de la crise migratoire sans précédent qui secoue leur pays, ainsi que toute l’Europe.