VIDÉO. Éric Morena : « Frigide Barjot je ne veux plus la voir ! Elle a trahi tout le monde ! »

8irO4Hk

Le chanteur ouvertement gay, qui a connu la célébrité dans les années 80, n’a pas hésité à dire ce qu’il pensait de l’ex-égérie de la Manif pour tous.

Éric Morena, 64 ans, était l’invité du « Grand Show » sur « Non Stop People » ce mardi 24 mai. Le chanteur, devenu célèbre dans les années 80 pour son tube « Oh ! Mon bateau », était venu présenter son dernier album « Éric Morena Fête Dario Moreno ».

Ancien séminariste, Éric Morena est revenu sur son parcours professionnel et sur sa vie privée, évoquant avec beaucoup d’émotion la disparition de son compagnon qui était séropositif.

En 1992, il a révélé au grand public son homosexualité en épousant selon le rite catholique un homme qu’il présentait comme son compagnon. Ses témoins étaient… Frigide Barjot et son époux Basile de Koch !

Éric Morena a avoué par la suite que ce mariage n’était qu’une mise en scène à vocation publicitaire, organisée par ses managers pour relancer sa carrière déclinante : son « époux » n’était pas son vrai compagnon, et le prêtre célébrant le rite était lui-même un faux prêtre.

Le véritable compagnon d’Éric Morena était alors en train de mourir des suites du VIH. Le chanteur considère aujourd’hui cette « mascarade » comme une forme d’« autodestruction », à laquelle il s’est prêté dans un contexte de détresse personnelle.

Après s’être confié sur cet épisode peu glorieux de sa vie, l’animatrice de l’émission lui a demandé ce qu’il pensait désormais de Frigide Barjot, l’ex-égérie de la Manif pour tous. Il a répondu avec beaucoup de franchise : « Frigide Barjot je ne veux plus la voir ! Elle a trahi tout le monde ! Elle s’est trompé sur toute la ligne. Elle est partie en croisade contre nous alors qu’elle était à nos côtés avant. Je ne lui en veut pas. Je lui pardonne ».

Avant de se lancer dans son combat d’arrière-garde contre l’égalité des droits pour les couples de même sexe, Frigide Barjot était la reine incontournable des nuits gays parisiennes.