En Inde, 12 lycéennes soupçonnées d’homosexualité punies par leur école

À Calcutta, douze lycéennes ont été contraintes d’écrire une lettre d’excuses pour s’être livrées au « lesbianisme ». Leur tort ? Elles se seraient tenu la main dans l’enceinte de l’établissement.

La Kamala Girls Hisgh School, un lycée de Calcutta, à l’est de l’Inde, est depuis une semaine le théâtre d’une polémique qui a depuis largement dépassé le cadre de l’établissement. Réputé pour son enseignement de qualité et son règlement strict, ce lycée pour filles situé au sud de la mégalopole indienne fait en effet depuis une semaine l’objet de nombreux articles de la part de la presse locale pour avoir puni douze étudiantes soupçonnées de s’être livrées au « lesbianisme ».
Les faits remontent au vendredi 9 mars. Ce jour-là, les douze écolières sont convoquées par la direction du lycée, qui exige qu’elles confessent par écrit s’être « livrées à des actes homosexuels ». Elles se seraient, selon les autorités, « tenues par la main », « serrées dans leurs bras » et « chatouillées sous les jupes ».

Selon le site The Quint, les jeunes filles ont été emmenées de force dans le bureau de la directrice de l’école. Celle-ci aurait condamné leur comportement « non civilisé » dans un « langage désobligeant », avant de les obligées à écrire leurs mauvaises actions. L’une des lycéennes, qui a refusé de se plier à la demande de la directrice en l’absence de ses parents, a été transférée dans un autre établissement. Selon le média indien, certaines des lycéennes punies ne savaient même pas ce qu’était l’homosexualité.

« Le lesbianisme est contre notre culture »

Avertis par téléphone par le lycée, les parents des jeunes filles n’ont pas caché leur indignation. « On nous a dit explicitement que nos filles ‘souffraient d’homosexualité’ et la directrice nous a avoué que les adolescentes ont été obligées d’écrire la lettre », explique un des parents d’élève. « Est-ce que les filles seront maintenant pénalisées pour homosexualité même si elles se tiennent par la main ? », se demande un autre.
Accusée de discrimination, Shikha Sarkar, la directrice intérimaire de la Kamala Girls Hisgh School s’est défendue en rappelant que cet incident constituait une mesure disciplinaire mineure. Elle a aussi déclaré que si les étudiantes avaient été punies, c’était à cause de leur « mauvais comportement » qui avait heurté d’autres élèves. Elle a aussi nié avoir forcé les lycéennes à se confesser par écrit. « Les étudiantes ont tout écrit par elles-mêmes, nous ne leur avons rien imposé, le problème est résolu », a déclaré Shikha Sarkar.

Interrogé au sujet de cette polémique, le ministre de l’Éducation du Bengale occidental Partha Chatterjee a apporté son soutien à l’établissement. « Il est du devoir des autorités scolaires de prendre des mesures appropriées si (les filles) sont reconnues coupables. J’ai demandé à mon département de demander un rapport à l’école. » Jugeant que « le lesbianisme est contre notre culture », il a aussi admis que l’école ne peut pas « demander aux élèves d’écrire quoi que ce soit si elles ne sont pas coupables et elle ne peut pas non plus être indulgente si les élèves sont jugées ‘indécente’ dans leur comportement ».

De leur côté, les parents des élèves punies ont déclaré avoir déposé une plainte contre l’école.

terrafemina.com