Il croit que son petit garçon autiste est gay, il organise son viol

Le père d’un petit garçon autiste a été reconnu coupable par un tribunal d’avoir organiser le viol de l’enfant par sa compagne. Il craignait que la victime ne devienne un homosexuel.

Le procureur lui-même l’admet devant les médias: « Je n’ai jamais rien vu de tel ». Un homme a été reconnu coupable devant un tribunal de l’Alabama (Etats-Unis) d’abus sexuel sur son fils de 11 ans. L’accusé soupçonnait son petit garçon d’être « gay ». Il a donc demandé à sa compagne âgée de 20 ans de le violer, probablement pour le faire rentrer dans « le droit chemin ».

Selon le Ledger-Enquirer, le journal local qui rapporte les faits et ne cite pas le nom du coupable pour protéger l’identité de l’enfant, le père qui recevait temporairement son fils –il est séparé de la mère– l’a surpris le pantalon baissé devant un camarade.

Craignant que le jeune garçon ne soit homosexuel, il a demandé à sa petite amie, une certaine Khadeijah Moore absente à l’audience, d’avoir une relation sexuelle avec son fils. Les actes pervers se sont déroulés sous les yeux du père qui dirigeait les ébats (mais n’y a pas participé) en indiquant à sa complice les gestes à faire. Le procureur admet d’ailleurs que l’accusé n’est pas un pédophile mais qu’« il était surtout inquiet que son garçon soit gay ou le devienne. Il a pensé qu’il pouvait le rendre hétérosexuel ».

Le père et sa compagne, recherchée par la police, ont donc été reconnus coupable des faits notamment de « viol » et de « sodomie » (une appellation qui regroupe dans le droit américain les actes sexuels « immoraux » sans lien avec la pénétration anale). Leur peine sera connue au cours de l’été.

Le petit garçon âgé de 13 ans, lui, vit chez sa mère en Géorgie, un Etat frontalier de l’Alabama.

 

francesoir.fr