Vingt jours après, Doc Samad raconte son agression « homophobe » depuis l’Europe

Le sexologue Abdessamad Benalla, alias Doc Samad, a quitté le Maroc après avoir été agressé et menacé de mort. Vingt jours après les faits, il raconte.

L’épisode a traumatisé Doc Samad au point qu’il a quitté le pays. Déclarant avoir été agressé et menacé de mort, dans des propos rapportés par nos confrères d’AlYaoum24, Abdessamad Benalla de son vrai nom, a dévoilé sur Instagram une photo de son visage tuméfié.

« C’était il y a vingt jours. Je faisais un live Facebook jusqu’à une heure tardive dans mon cabinet, quand quelqu’un a sonné. Je croyais que c’était un patient, j’ai ouvert la porte. Puis trois individus ont fait irruption avant de me frapper violemment et de prendre la fuite, » affirme le sexologue, contacté par Telquel.ma.

« J’ai fait également l’objet d’insultes misogynes et homophobes, » nous confie-t-il, précisant que ses agresseurs ont également proféré « des menaces de mort« .

« J’ai subi cette violence physique et morale, car je dérange. Il faut le dire, ce que je dis dérange. Parler de sexualité au Maroc n’est pas aussi facile, » analyse Doc Samad, qui s’est notamment fait connaître grâce à son émission “On t’écoute” sur Hit Radio.

« Je ne vous cacherai pas que j’ai eu peur » poursuit celui qui s’est envolé vers l’Europe, le lendemain des faits. Il affirme qu’il ne s’agit pas d’un départ définitif, mais ne précise pas pour autant la durée de son exil choisi, ayant besoin de temps pour se reposer et « réfléchir à son avenir professionnel« .

« Tout ce que je sais, c’est que je n’ai jamais abandonné et que je n’abandonnerais jamais. Je suis un Marocain jusqu’à la moelle. Je ne suis pas contre le système ou contre mon pays, mais je suis contre ce qui arrive dans mon système« , explique-t-il.  Pour l’heure, Doc Samad nous assure qu’il n’a pas encore déposé une plainte auprès des autorités, bien qu’il y pense « constamment« .

/telquel.ma/